GameTrip : jeux vidéo oldies, tests, dossiers, vidéos

Back to 1985

  0 avis
Parlons aujourd’hui de l’année du siècle. Oui, non pas pour l’épave du Titanic retrouvée ni pour la naissance de Cristiano Ronaldo, et encore moins pour les morts de Simone Signoret ou Orson Welles. L’année 1985 marque mon année de naissance et des trucs en rapport avec le jeu vidéo, aussi.
On se souvient de l’année 1985 pour deux raisons: il n’y a quasiment rien eu en matière de sorties de jeux vidéo mais il y a des perles, des must-have, probablement les jeux les plus joués au monde et dans ma cuisine.

Quoi, tu ne connais pas la SG-1000 Mark III?

Une console de Master!
Honte à celui qui ne connaîtrait pas cette console, attendue à sa sortie par quelques dizaines de personnes présentes deux jours avant la sortie pour être sûres de pouvoir se la procurer, en échange bien évidemment de pas mal d’argent, car ce n’était pas donné à l’époque. Alors, vous avez trouvé? Oui, cette console est sortie chez nous en Europe sous le nom de Master System. Aaah, tout de suite, on s’en rappelle. Alex Kidd aussi, j’espère?!

Bah, t’es triste?

Tu tu tu, tutututututu tutut...
Alexey Pajitnov, vous connaissez? Cet homme est aujourd’hui tellement riche qu’il pourrait faire vivre plusieurs générations après lui. Son jeu, que dis-je, son concept s’est vendu par millions, ses couilles sont aussi dorées qu’une statue de Bouddha toute neuve. Le slogan qu’il a donné a son jeu: «une minute pour l'apprendre, une vie entière pour le maîtriser.» Tetris donc (ah, vous n’aviez pas trouvé?) est sorti sur un paquet de supports, s’est vendu en plusieurs versions et adaptations. Le jeu du siècle? Probablement. En tout cas, aucun autre jeu ne fera aussi bien.

It’s me…

Une cover qui a de la gueule!
Ils ont les mêmes initiales: SM. Rien de pervers ou de déplacé là-dedans. L’homme: Shigeru Miyamoto. Sa création: Super Mario. Bros même. Sorti sur NES le 13 septembre, jamais quiconque n’aurait cru qu’un simple plombier italien pouvait avoir un tel impact et ce, éternellement! 20 ans après, il pratique plusieurs sports et s’est vendu à plus de 40 millions d’exemplaires. Comme quoi, plus c’est con, mieux ça marche! L’histoire elle est simple: Mario part à la rescousse de Peach, la princesse du Royaume Champignon, enlevée par le méchant Donkey Kong. Les versions suivantes opposèrent Mario à Bowser, un vrai méchant (bien que ridicule), Nintendo décidant de changer l’optique de DK, très amusant pour les enfants et moyennement crédible dans son rôle de méchant.

L’année 1985 fut donc pauvre en quantité mais riche en qualité: Tetris, Super Mario Bros et la Master System au Japon. On s’en souviendra. - Mal écrit le 10/08/2007 à 2h00 par Robin Masters.