GameTrip : jeux vidéo oldies, tests, dossiers, vidéos

Crash Bandicoot: ce diable qui en fait des caisses

  0 avis
Jeu PSX | Plates-Formes | Edité par Sony Computer Entertainment | Sorti en Août 1996
Voir la fiche
Fin 1996, la Playstation est en pleine gloire et cette arrivée de la 3D fait naître de nouveaux jeux, de nouveaux concepts. Un studio composé de gens complètement barjes, Naughty Dog, décide de vous mettre dans la peau de Crash, un Diable de Tasmanie aussi cinglé qu’eux. On adore!

TLDR

FUN
Ça cartoone
JOUABILITÉ
Simple et funky
TECHNIQUE
De la 3D bien exploitée
NOSTALGIE
Intemporel

Cette vie ne va pas être évidente à pécho.
Crash est un Bandicoot, une sorte de diable de Tasmanie faisant drôlement penser à Taz, et pour cause, il lui ressemble et est aussi, comment dire, fou. Il tourbillonne, écrase, saute dans tous les sens, et court comme un déjanté sur cette île, sur laquelle il doit retrouver Neo Cortex, un scientifique dérangé qui l’a créé, ainsi que Coco, sa tendre sœur. Il doit donc trouver 25 cristaux roses, disséminés dans des niveaux remplis de plates-formes, de monstres en tout genre et de boss pas très gentils, eux aussi créés par Neo Cortex, comme Ripper Roo, le chien fou ou Tiny Tiger, le tigre gladiateur.

Avec Crash, tout est cash, que je sache

Point de départ du jeu, largué sur une île, seul comme un con, ou pas.
L’évolution dans le jeu est bien foutue, simpliste, et au final carrément efficace. On fait avancer Crash vers l’avant dans une 3D bluffante, on saute sur les caisses, on tourbillonne pour dégommer les ennemis, et il y a aussi des variantes. Il vous arrivera d’évoluer comme dans les jeux en 2D, sur des tableaux ; parfois vous monterez sur un animal qui deviendra votre destrier le temps d’un niveau, on fuira comme un lâche face à une grosse pierre qui roule dangereusement vers vous. Il s’agit donc de plate-forme, mais carrément basique, le tout dans un univers complètement à part et c’est ça qui fait la force de ce jeu. Avec un tel hit, les débuts de la PlayStation furent excellents, la 3D apportait de nouveaux genres, un souffle nouveau et Naughty Dog, qu’on ne présente plus aujourd’hui, s’imposa rapidement sur le marché.

Plus c’est con, plus c’est bon

Cours Crash, cours!
N’allez pas chercher d’armes ou de features superflues dans Crash Bandicoot, il n’y a que l’essentiel. Des vies, et des pommes que l’on ramasse, et au bout de 100 pommes, on gagne une vie. Basique, comme dans Mario, on ne change pas une recette qui marche. D’ailleurs, on retrouve beaucoup de similitudes avec le jeu mettant en scène le plombier italien. Les caisses ont leur effet: certaines permettent de sauter plus haut, d’autres offrent des vies, d'autres encore explosent avec un compte à rebours, etc. Concernant les ennemis, vous pouvez leur sauter dessus mais la maniabilité parfois hasardeuse fait grincer les dents, notamment quand on se retrouve dans le vide alors qu’on voulait juste tuer un crabe. Alors tourbillonnez, didju! C’est tellement plus fun, plus jouissif, plus marrant de voir tous ces ennemis voler dans tous les sens! Comme dans beaucoup de cas, c’est la simplicité qui fait mouche. On n’oubliera pas en passant le fameux masque qui protège Crash et qui lui permet d’être invincible durant quelques secondes, le tout accompagné d’une musique superbement remuante. - Torché le 20/07/2006 à 9h56 par Robin Masters.
La péroraison
Une véritable révolution lors de sa sortie, Crash Bandicoot est une référence absolue, un must de la plate-forme, on se doit de l’avoir essayé, au moins pour mourir en paix.
Futur en tailleur
Sur chaque test, l'auteur se met en tailleur pour se poser une ultime question: «avec le recul, aujourd'hui, quel jeu m'a procuré autant de sensation que cet oldie?» On a eu des Crash Bandicoot-like depuis ce premier opus. Tout d’abord, deux suites, toutes deux excellentes, mais on a eu aussi dans le même genre des duos, qui rivalisent à peine avec l’œuvre de Naughty Dog: Banjo et Kazooie, Jak and Daxter ou encore Ratchet & Clank. Imité, jamais égalé.
Le verdict
Jeu PSX | Plates-Formes | Edité par Sony Computer Entertainment | Sorti en Août 1996
Voir la fiche
8
10