GameTrip : jeux vidéo oldies, tests, dossiers, vidéos...

Test / PSX

La crash test (Bandicoot) de Cortex Strikes Back sur PlayStation

La crash test (Bandicoot) de Cortex Strikes Back sur PlayStation

Rien qu'à voir l'intitulé du jeu, Cortex Strikes Back, littéralement Cortex contre attaque, on ne peut s'empêcher de penser tout de suite à Star Wars. Et il est vrai qu'en y regardant de plus près, on trouve quelques références à la mythique saga que les vaillants gars de Naughty Dog ont voulu incorporer à leur soft: Cortex qui apparaît dans un faisceau lumineux comme Dark Sidious, ou encore le fait que Crash ait une sœur, comme Luke et Leia...

Commis par Pikatank, 13 Oct. 2012
L'histoire reprend là ou le premier épisode s'est terminé, à la seule exception que Crash a l'air d'avoir perdu sa nana. Oui vous savez la belle Tawna du premier opus.

Nous retrouvons donc notre héros et sa sœur se prélassant au soleil. Mais pas pour longtemps car l'ordinateur de Coco tombe en rade de piles. Notre cher marsupial se dévoue donc pour aller chercher les fameuses piles. Peine perdue, il se fait enlever en chemin et se retrouve dans une mystérieuse salle où apparaît son cher père, Neo Cortex.

Cortex, gentil? Pas possible!!!

Et il ne vous a pas emmené là pour vous transformer en rôti de Bandicoot (enfin si mais on dirait pas) mais pour vous confier une mission très importante, celle de rapporter de jolis cristaux nécessaires à la sauvegarde du monde qui court un grand danger. Vous voilà donc parti dans une nouvelle aventure aux côtés de votre meilleur ennemi devenu soudainement votre meilleur ami... Enfin pour combien de temps? Car Crash n'est pas au bout de ses surprises...

Des tonnes de nouveautés et toujours plus de fun

La première impression que l'on a, d'entrée, est visuelle. En effet les graphismes sont de loin largement supérieur au premier opus, et ce alors qu'un an seulement sépare les deux jeux. Les textures sont bien plus belles et les animations un peu moins grossières qu'avant. Tout cela rend le jeu bien plus fluide. Ajoutons des animations délirantes, comme par exemple lorsque vous mourrez. Vous pourrez entre autre finir rôti comme un steak suite à un passage dans les flammes ou encore vous transformer en ange si vous vous trouvez pris dans une explosion.

De plus, Crash dispose désormais d'une plus grande palette de mouvements. Il peut glisser, marcher à quatre pattes, ou encore réaliser un plaquage au sol, qu'on appelle «bodyslam». Vous serez amener à les utiliser régulièrement si vous souhaitez finir le jeu de fond en comble. On note en tout cas que la maniabilité, qui souffrait de quelques défauts dans le premier jeu (sauts trop longs par exemple) est cette fois-ci exemplaire.

Warp-moi la tronche

Le système de jeu aussi a subi une grosse correction. Terminé le parcours linéaire. Vous progressez désormais par warp rooms. Il y en a cinq (plus une cachée) comportant chacune cinq niveaux. Lorsque vous avez terminé tous les niveaux d'une warp room, vous pouvez emprunter une plate-forme vous amenant dans la suivante. Toutefois, à chaque changement de salle, un boss vous attend, vous réclamant les précieux cristaux que vous êtes en charge de récupérer.

Le système de sauvegarde est également plus simple, vous pouvez sauvegarder à tout moment via un écran se situant dans la salle. Plus besoin d'atteindre des points de sauvegarde très difficiles d'accès. Bref, c'est comme avant, mais en mieux. Torché par Pikatank, 13 Oct. 2012
En conclusion
9

/10

On retrouve donc la même recette que l'opus précédent mais les défauts ont été corrigés tout en gardant tous les bons aspects, et surtout la bonne humeur et le fun omniprésent.
En perspective
Sur chaque test, l'auteur se pose une ultime question: «avec le recul, aujourd'hui, quel jeu m'a procuré autant de sensation que cet oldie?»Le jeu, sorti fin 1997 a fait un carton et fut suivi d'une troisième aventure. Alors si vous cherchez à vous éclater devant un bon jeu de plate-forme oldie, n'hésitez plus. Dans le même genre dans les années 2000, voyez du côté de l'éditeur Traveller's Tales, qui a repris dignement le secteur de la plate-forme.