GameTrip : jeux vidéo oldies, tests, dossiers, vidéos...

Test / PC

Destruction Derby (PlayStation, PC): les double D s'y mettent

Destruction Derby (PlayStation, PC): les double D s'y mettent

Destruction Derby, qui pour moi, a donné ses titres de noblesses à la société Psygnosis (avec Lemmings), est un jeu de stock-car où tout est permis, et surtout où l’homme retombe au stade primaire de son évolution. C’est pour ça que c’est d’la bombe bébé.

Mal écrit par Jivé, 04 Nov. 2006
Octobre 1995, lassé de voir des jeux de course bien clean comme Ridge Racer, la Playstation voit débarquer Destruction Derby. Nouveauté: un jeu de stock-car, ce sport adulé chez les Américains où le but est de s’affronter, enfermé dans sa voiture tunée, dans des grandes arènes. On se rentre dedans, on s’envoie valser, on se démonte joyeusement les essieux et après on rigole bien quand tout le monde est décédé. Il faut bien que jeunesse se passe…

Ho HO HOOO Whadda Mess!!

Alors oui, certains diront que le but du jeu est aussi de participer à certaines courses prévues dedans ledit jeu. Oui, bon, euuuh, ok. Là, on se retrouve dans un jeu d’arcade normal, où 21 concurrents font des tours de piste pour obtenir la première place. Mais personnellement, je préfère le mode bowl, où il faut se démonter la tronche. D’autant que dans le mode course proposé, on ne peut rarement espérer plus que la 18e place. Et au final, on se retrouve à vouloir faire un gros bouchon en bas de la pente où 20 concurrents adverses déboulent à 200 km/h. Et là, quelle jouissance de voir 20 bourrins s’exploser sur sa carlingue, et de voir son fidèle destrier voler à une vingtaine de mètres de hauteur (le moteur physique est largement bidon sur ce coup-là, mais c’est un jeu d’arcade hein). Encore plus marrant: le speaker qui commente les tours de piste ou l’affrontement ultime, se fout royalement de votre gueule, fulmine comme un commentateur de NBA de Canal+. On l’entend s’insurger sur les autres voitures, délirer tout seul sur le bordel à l’écran, on est en plein dans l’ambiance de ce gros foutoir organisé.

DD? Dédéééé??

Destruction Derby, c’est surtout de la destruction. D’ailleurs c’est écrit dans le titre du jeu, si c’est pas un signe ça, je sais pas ce que c’est. Un mode bowl vous propose donc de vous retrouver dans un cercle d’une vingtaine de voitures, qui font vrombir leurs moteurs. Au top départ, toutes avancent et vont donc rapidement se retrouver au centre du bowl, point d’impact. Et je vous laisse imaginer la suite. Perso, j’ai déjà réussi à faire un vol plané d’une petite 15ne de seconde, tout en tourbillonnant. J’en ai encore la nausée. Mais le plaisir est de courte durée. En effet, votre voiture est représentée par un petit logo en bas, avec 6 points d’impacts sur sa carrosserie (les deux portières, les deux ailes, les deux arrières) qui se colorent en fonction du degré d’usure. Un fort impact et votre aile passe de vert à orange puis rouge. Lorsqu’un point devient noir, l’endroit indiqué est totalement mort. Du coup, on perd une roue, une portière, la conduite est altérée, on roule comme un poivrot et on se fait démolir par les autres. C’est rigolo mais rapidement énervant quand on sait que les concurrents adverses sont d’abord attiré par votre voiture avant de s’occuper des autres. C’est l’jeu ma pauvre Lucette. En gros, le niveau de difficulté est pas mal élevé, mais vous pouvez régler le problème en choisissant parmi trois voitures différentes: novice, normal ou pro. Mal écrit par Jivé, 04 Nov. 2006
En conclusion
8

/10

Destruction Derby est fun, jouissif, nerveux et sans prise de tête. Il faut l’acheter pour jouer au mode carnage mais pas pour avoir un jeu de course arcade. D’autant plus que la difficulté est bien trop élevée pour pouvoir s’amuser dans une piste plutôt que dans la bowl.
En perspective
Sur chaque test, l'auteur se pose une ultime question: «avec le recul, aujourd'hui, quel jeu m'a procuré autant de sensation que cet oldie?»Pour le concept, c'est du Demolition Racer (spin-off de Test Drive), mais DD est beaucoup plus fun. Aujourd'hui, il est facilement comparable à Flatout et au niveau du plaisir de jeu et de la destruction, Burnout est un parfait deal.