GameTrip : jeux vidéo oldies, tests, dossiers, vidéos...

Test / GB

Super Mario Land (GameBoy): plombier poil au nez

Super Mario Land (GameBoy): plombier poil au nez

Mario, c'est un plombier qui s'embête dans la vie. Alors entre deux serrages d'écrous, il va dans la forêt et écrase des champignons. Ouais, il est chelou Mario...

Mal écrit par Jivé, 09 Juin 2006
Fin des années 80, et voilà que le plombier italien s'incruste pour la première fois dans une console portable. Quatre ans après son apparition sur NES. Et moi j'vous dis: il a pas pris une ride le bougre.

Chasse aux champignons

Dans les années 1980, un étrange bridé du nom de Shigeru Miyamoto balance le plombier dans des bornes d'arcades. De designer de Nintendo, il deviendra le boss des boss en quelques années. Comme quoi, plomberie, ça mène à tout. Le but premier de ce Mario était de sauver une princesse aux prises d'un gorille (oui Donkey Kong, bien joué), mais ici, avec ce premier opus de Super Mario Land, Myamoto pose les bases du jeu de plates-formes. Une action simple se déroulant à l'horizontale, et Mario qui court dans ce décor en sautant sur des champignons pour les tuer. La gamme de mouvement du moustachu est variée: sauter, se baisser pour passer dans des endroits bas de plafond, ou encore tirer des boules de feu lorsque celui-ci se transforme en Super Mario.

Le Land de Mario

Au cours du jeu, vous trouverez de nombreux ennemis différents dans des décors variés à thème (montagne, pyramides, plaines). Deuxième principe des jeux de plates-formes Mario: des petits carrés suspendus dans le ciel que le plombier devra détruire en donnant des coups de tête dedans. Ainsi, vous pouvez récolter des pièces d'or, des coeurs (pour vous rajouter une vie donc), ou encore les fameux champignons magiques qui permettent à Mario de grandir, puis lorsqu'il est grand, de se transformer en Super Mario, ou encore en Mario invincible (mais là, il faut une étoile, vous suivez? Non, dites-moi sinon, y'a pas de honte). Enfin bref, avec l'Italien, on déconne bien, puisque le jeu est rapide, rythmé et étonnement varié. Surtout que les tuyaux qui dépassent du sol permettent quelques fois d'entrer dans des cavernes secrètes qui seront bien funs (récoltes de piécettes, niveau secret).

Tatadaaa tadatadadaaaa

Mario, c'est aussi des musiques entraînantes qui ont marquées une génération. Tout le monde connaît cette fameuse mélodie qui fait ta ta ta tata tatata... Enfin, vous voyez quoi? Si, vous voyez! Non mais. Et à part la musique, ces bruitages excellents de saut, des champignons pour grandir ou des Koopas qui meurent, c'est du bon et rien que du bon. Par contre, j'ai toujours été horripilé de voir qu'il était totalement impossible de sauvegarder sa progression dans le jeu. Être obligé de jouer des heures d'affilée sans éteindre sa GameBoy, c'est le rêve de tout gamer, mais quand même... gaffe aux crises! Mais on pardonnera Mario, un plombier qui a réussit dans la vie, finalement. Mal écrit par Jivé, 09 Juin 2006
En conclusion
9

/10

Mario, c'est l'emblème d'une génération, l'emblème de Nintendo, et l'emblème des plombiers moustachus. Je crois qu'avec ça, on a de quoi dire que c'est une bombe!
En perspective
Sur chaque test, l'auteur se pose une ultime question: «avec le recul, aujourd'hui, quel jeu m'a procuré autant de sensation que cet oldie?»Mario hier, c'est Mario aujourd'hui. Certes, la gamme s'est grave détournée de la plate-formes pour partir dans la course, l'action, les aventures en troidé et tout ça, mais en ce qui concerne l'ambiance, les jeux d'aujourd'hui n'ont pas changé un iota, et tant mieux. Sinon, pour les plates-formes, voyez les jeux NES et GameBoy, rayon Super Mario Land.

En savoir plus

Vos réactions