GameTrip : jeux vidéo oldies, tests, dossiers, vidéos

Tekken: moi aussi, j't'ai bien ken, t'as vu

  0 avis
Jeu PSX | Combat | Edité par Namco | Sorti en Novembre 1995
Voir la fiche
Dans les sagas connues et reconnues sur PlayStation première du nom, il y a Tekken. Série de jeux de baston à succès, Tekken ne vient pas d’une expression de jeunes qui signifie «je t’ai bien foutu ta raclée», mais du japonais Tek-ken, poing d’acier, ce qui n’est pas si différent au final. Tout péter! Tout péteeeeer!

TLDR

FUN
TOUT PÉTER
JOUABILITÉ
Baston!
TECHNIQUE
Pas au top
NOSTALGIE
À ressortir en soirée
Jeu de baston oui, mais avec un background, ce qui n’est pas déplaisant. Ne dépassant pour autant pas le scénario des meilleurs films de JCVD, Tekken possède quelques éléments d’intrigues tournés autour du championnat des arts martiaux (à la façon Budokai Tenkaichi de DBZ), qui réunit les meilleurs combattants de la planète, aux styles ostensiblement variés (NdR: là, Robinsoldier m’appelle au téléphone, et il me donne une liste de mots à placer dans cet article, dont «ostensiblement», sinon je ne l’aurais pas mis, mon vocabulaire étant limité).

Chuck Norris n’a même pas été invité!

Quand le petit dragon s'attaque à Terminator: Oooooyaaaaah!
Heihachi Mishima est un riche industriel japonais ou je ne sais quel gros magnat de la finance. De toutes façons, je n’ai jamais pris le temps de comprendre ni même lire l’histoire de la série des Tekken. Tout ce que je sais, c’est qu’il invite des combattants dans son tournoi international des arts martiaux, qui réunit des dingues du kung-fu, du jujitsu ou de la boxe thaî, qui n’hésiteront pas à donner des coups en échange de la grosse somme d’argent offerte. Mais parmi eux, un combattant, Kazuya, veut se venger de son père qui a manqué de le tuer dans sa jeunesse. Oui, bon, bref, une pointe de romance et de série Z dans un bon jeu de baston, avec des gros low-kick in da face, et surtout des coups finish ostensiblement intéressants (oui, je place le mot «ostensiblement» deux fois, mot compte double, j’enlève 6 et je retiens 2, sonnez deux fois et contournez par le jardinet avec la niche du chien).

Tu peux pas test!

Le Replay: revoyons l'action... au ralenti! Oh, c'est joli ça.
Originaire de bornes d’arcade, le jeu de Namco est forcément simple car utilisant les combinaisons des quatre boutons plus du stick directionnel. Chaque personnage possède néanmoins une vaste palette de coups, ainsi qu’un petit mouvement intéressant permettant de foncer dans le torse de l’adversaire tel un Materrazzi (de Materrazar, mot italien signifiant enfoiré) survolté: le triple hit sur la flèche de direction. Deux coups permettent de faire un saut en avant, trois coups, une course. Simple et efficace, surtout si vous jouez avec un personnage de 200 kilos. La palette est encore plus variée lorsqu’on considère le style de combat de chacun. En effet, chaque personnage du jeu est un adepte d’un style de baston, comme le judo, le catch, le jujitsu ou encore l’aïkido.

Kazuya Mishima wins!

L'écran de défaite, qu'on voit bien trop souvent... Surtout quand on y rejoue aujourd'hui.
Les personnages sont essentiels dans le jeu, déjà par leurs histoires personnelles, qui les amènent à participer à ce tournoi, mais également car ils sont en 3D (dieu que c’est laid), une nouveauté dans le jeu de baston, bien que la 3D a été inventée avec Virtua Fighter quelques mois plus tôt (copie conforme encore plus laide). Bref, dans la liste, on retrouve Paul Phénix, le biker blond, adepte du combat de rue et féroce ennemi de Kazuya, mais également des nanas aux tétés pointus (comme Lara Croft), ou encore des genres de monstres du folklore japonais: Jack est un cyborg, copie de Terminator. Yoshimitsu est un automate qui n’a pas pris le temps d’aller au centre de bronzage, mais qui bénéficie d’une armure de samouraï et d’un style de jujitsu de ninja. Enfin, mon préféré, Marshall Law, est une retranscription pixellisée de Bruce Lee, avec un finish move des plus marrants, qui consiste à monter sur son adversaire comme sur un escalier, avant de l’aplatir au sol. - Torché le 08/04/2008 à 9h56 par Jivé.
La péroraison
J’ai réussi à placer tous les mots! Youpi! Jeu concours: va sur le forum et soumet une liste de mots aux rédacteurs, pour les emmerder. Bref, Tekken n’est pas le fondateur de la baston 3D mais fait partie de ceux qui ont ouvert le genre. Moche mais bien foutu. Pauvre (finalement, huit personnages, c’est peu) mais complet (un style par combattant, un coup de finish pour chacun), il fait sans conteste partie des jeux qu’il fallait avoir au lancement de la Playstation, et qu’il faut avoir dans sa bibliothèque d’oldies si vous êtes fans de baston.
Futur en tailleur
Sur chaque test, l'auteur se met en tailleur pour se poser une ultime question: «avec le recul, aujourd'hui, quel jeu m'a procuré autant de sensation que cet oldie?» De nos jours, la gamme des Tekken n’a cessé de grandir, avec de nouveaux scénarios, décors, et surtout des personnages tout aussi farfelus que les premiers. Dans le même genre, à l’époque, Virtua Fighter. Ce qui peut proposer autant de fun, voire plus, aujourd’hui? Logiquement, les suites: Tekken 5 sur PS2 ou Virtua Fighter 5 sur X360.
Le verdict
Jeu PSX | Combat | Edité par Namco | Sorti en Novembre 1995
Voir la fiche
8
10