GameTrip : jeux vidéo oldies, tests, dossiers, vidéos...

Test / PSX

Les Chevaliers de Baphomet (PC, PSX): le désordre du Temple

Les Chevaliers de Baphomet (PC, PSX): le désordre du Temple

«Alors que je me relevais, tout ce que je pouvais entendre était le bourdonnement lointain des voitures»: si toi aussi cette phrase te rappelle un de tes plus beaux souvenirs, tu as aimé la saga Broken Sword!

Mal écrit par Jivé, 12 Juin 2006
Broken Sword, c’est tout d’abord un nom français qui sera toujours à 100 bornes de la VO. Le premier opus, sorti en 1996 et nommé Broken Sword: The Shadow of the Templars sera interprété en français comme Les Chevaliers de Baphomet. D’un autre côté, on se rappellera longtemps de son nom à celui-là.

Je m’appelle George Stobbart, et je viens de Californie

Les héros charismatiques dans les jeux vidéo, y’en a eu comme ça, qui ont marqué les esprits: Duke, Master Chief, Guybrush Threepwood, Solid Snake (autant vous dire que si vous n’en connaissez aucun dans cette liste, je me demande encore ce que vous faites là. Ah non pardon, c’est toi chérie? Tu peux rester…) et bien sûr le grand et blond George Stobbart. A peine arrivé dans son décor de la terrasse d’un café parisien, vous savez que vous allez être attaché. George est un touriste américain de passage à Paris qui se retrouve empêtré dans un attentat. Un clown (prononcez cla-oune comme George) se fait exploser dans le café et George décide d’enquêter sur cette affaire, parce qu’il est avant tout un aventurier, et futur héros. Avec son accent parfaitement doublé et une voix qui reste dans les mémoires, George va parcourir le monde à travers des péripéties assez rocambolesques (deux mots difficiles placés dans la même phrase! Preuve que les testeurs sont pas cons).

Du pur point & click

Le vrai point & click, à la sauce Monkey Island, se ressent parfaitement ici. Développé par Revolution Software, le jeu se déroule en 2D dans des univers incroyablement beaux mais quelques fois très aliasés sur console. Deux barres sont à votre disposition: en haut, votre inventaire, qui s’allume si vous promenez la main et qui permet de sélectionner des objets et de les faire agir dans le décor ou sur vous. En bas, une barre de dialogue et d’action. Vous pouvez, à l’aide de 3 boutons prédéfinis, utiliser un objet, l’examiner ou vous déplacer. Sur chaque objet sélectionnable, l’icône prend la forme de l’action à entreprendre (une bouche pour les dialogues, un rouage pour l’utilisation). Revolution nous offre ici un jeu d’aventure qui n’a rien à envier aux vieux P&C LucasArts. Au fur et à mesure de l’histoire, vous entrerez en contact avec des personnages tout aussi charismatiques, et que vous retrouverez dans toute la saga Broken Sword...

Les Templiers

Bien bien avant le Da Vinci Code, du temps où Dan Brown n’était pas présent partout, on parlait déjà de l’histoire des Templiers, d’une secte secrète, d’un rapport étrange avec l’Église et toutes ces choses polémiques. Oui, mais dans Broken Sword dis donc, eh ouais. George, accompagné de sa nouvelle amie Nicole Collard (une journaliste française de chez nous, à la jonction de Amélie Poulain et Lara Croft), se retrouveront à enquêter sur un complot tournant autour de l’Ordre des Templiers, ou plutôt des nouveaux Templiers, un nouvel ordre religieux qui perpétue l’Ordre des moines-missionaires du Moyen-Âge, de tout ça, cette phrase est foutrement longue non? L’histoire sera teintée de mystères et le scénario à multiples rebondissements est digne d’un film d’aventure bien ficelé. On ressent le travail des développeurs qui ont dû potasser leurs bouquins d’histoire pour amener les joueurs dans une intrigue qui tient la route et qui est historiquement valable. Et tout ceci dans un univers étonnant, riche, coloré, englobé d’une ambiance et d’un univers dont la musique y joue un rôle prépondérant (rien que le thème du générique est envoûtant). Broken Sword, c’est le début d’une longue saga qui commença par ces mots: «Alors que je me relevais, tout ce que je pouvais entendre, c’était le bourdonnement lointain des voitures» avec un accent de vache espagnole. Comme quoi... Mal écrit par Jivé, 12 Juin 2006
En conclusion
10

/10

Le jeu qui renoue avec la fin des années 1980, qui donne envie de retrouver ses bons vieux point & click et surtout qui annonce la nouvelle ère des jeux d'aventure.
En perspective
Sur chaque test, l'auteur se pose une ultime question: «avec le recul, aujourd'hui, quel jeu m'a procuré autant de sensation que cet oldie?»Broken Sword se décline en trois et bientôt quatre opus à l'heure actuelle, du coup, on peut se retrancher sur ces petits bijoux, même si certains diront que l'ambiance se détériore un peu sur la fin. Sinon, allez voir du côté des jeux d'énigmes à la première personne de chez Cryo par exemple.

En savoir plus

Vos réactions