GameTrip : jeux vidéo oldies, tests, dossiers, vidéos...

Test / Megadrive

Streets of Rage II (Megadrive): quand on arrive en ville...

Streets of Rage II (Megadrive): quand on arrive en ville...

La suite du mythique Streets of Rage est enfin entre mes mains, et je ne peux vous cacher ma joie face à cette exclusivité mondiale, et le test qui va suivre va sentir fortement l’arrogance du mec qui a tout avant le reste de la Terre. Juste vibrez.

Torché par Robin Masters, 02 Janv. 2012
Oui, bon, d’accord, j’arrête de me prendre pour le rédac chef de Mega Force, ça ne me réussit pas. Mais j’imagine la joie à l’époque de s’attaquer à la suite de Streets of Rage, le beat’em all mythique de la Megadrive, qui a fourni des suites aussi bien que le premier opus. Je vous épargne le concept de SOR, mais taper, c’est bien, et j’aime ça. Nos trois policiers castagneurs, Adam, Axel et Blaze ont vaincu le syndicat du crime et son chef Mr X il y a maintenant un an. Ils ont repris le cours de leur vie mais ce soir n’est pas comme les autres. Axel, le blond musclé reçoit un coup de fil de Skate, le petit frère d’Adam, signalant que ce dernier n’est pas rentré et n’est pas allé travailler non plus. Rapidement, Blaze et Alex viennent sur place constater les dégâts et repartent à la poursuite de Mr X, toujours vivant, et sont cette fois accompagnés du rapide Skate et du plus costaud Max, catcheur de renom. Dommage, j’aimais bien Adam, c’était mon préféré dans le premier Streets of Rage.

Adam quinze jours!

Le jeu se jouant avec trois boutons, l’arrivée d’une nouvelle fonction en chasse forcément une autre. Fini par exemple l’appel à la voiture de police qui bombarde la zone, notre héros possède désormais un coup spécial, un coup de poing dévastateur pour Axel ou la toupie pour Skate, par exemple. Cependant, pour ne pas tomber dans la facilité, ce coup vous fera perdre de la vie, il faut donc l’utiliser avec modération. Il vous sortira quand même de nombreuses situations mal engagées. Le déroulement du jeu reste toutefois très similaire au premier volet, avec un décompte pour ne pas trop traîner dans les différents niveaux, des armes à ramasser pour ensuite bastonner les loulous du coin, des pommes pour reprendre de la vie, de l’argent, etc. Une recette déjà connue mais simple et donc efficace.

Max la menace

Chaque combattant a ses avantages et inconvénients. Max est lent mais terriblement efficace, Skate très rapide, il peut courir en rollers, mais il ne vient pas à bout des ennemis aussi rapidement que ses coéquipiers. Axel et Blaze restent proches, cette dernière étant plus agile. Les ennemis sont pour la plupart les mêmes que dans le premier volet hormis quelques nouveaux, et vous donneront du fil à retordre au fur et à mesure de votre avancée. Le jeu n’est pas très long à terminer mais assez relevé et gagne en intérêt avec un second joueur, qui peut rejoindre la partie à tout moment. Un jeu fort agréable donc, mythique depuis sa sortie et ce n’est pas pour rien, avec des graphismes très jolis et colorés. De plus, la bande son du jeu faite par Yuzo Koshiro est pleine de maîtrise de la console et sent bon les années 80-90. Gribouillé par Robin Masters, 02 Janv. 2012
En conclusion
9

/10

Voilà pourquoi Streets of Rage 2 est indémodable. Des graphismes aboutis, une bande son parfaite, un rythme de jeu haletant, des personnages variés, une bonne durée de vie, c’est remarquable.
En perspective
Sur chaque test, l'auteur se pose une ultime question: «avec le recul, aujourd'hui, quel jeu m'a procuré autant de sensation que cet oldie?»De bons beat’em all de cet acabit nous manquent aujourd’hui. On peut citer Final Fight pour l’époque, les autres Streets of Rage et plus récemment Fighting Force ou Dynasty Warriors, en 3D mais similaire dans le rythme.

En savoir plus

Vos réactions