GameTrip : jeux vidéo oldies, tests, dossiers, vidéos...

Test / PC

Leisure Suit Larry 7 (PC): une drague qui ne capote pas

Leisure Suit Larry 7 (PC): une drague qui ne capote pas

La série des Leisure Suit Larry a une résonnance toute particulière pour moi. Le septième opus de ce jeu de point & click avec un pervers sexuel et homme d’affaire déjanté est l’un de mes premiers contacts avec les jeux PC, vers 1996. J’en garde un formidable souvenir.

Torché par Jivé, 05 Juil. 2012
Tout commence lorsqu’un de mes meilleurs amis m’invite, comme chaque semaine, à venir tester ces nouveaux jeux PC dans sa chambre, après l’école. Il me promet que celui-ci est totalement débile et va forcément me plaire, mon goût pour les points & click étant déjà à l’époque exacerbé. Il faut dire aussi qu’il me raconte qu’on peut voir des nanas à poil en pixels, donc forcément… Car ce «Drague en Haute Mer», le nom complet de LSL7, est considéré par beaucoup comme le meilleur opus de la saga qui en compte… euh… plein.

Je prendrais un cocktail «Sex on the beach»

Dès le début, l’ambiance est posée. Larry Laffer, 40 ans, dragueur invétéré, fan de disco, est menotté à un lit à moitié nu, vêtu avec un string léopard. Une superbe brune au décolleté pigeonnant lui pique son portefeuille et se barre avant de foutre le feu au plumard. Un pompier à la voix de Michel Galabru vous incite à sauter du 40e étage. Comme de nombreux jeux Sierra, l’humour est omniprésent et dès cet instant, les paroles de Larry (en VF s’il vous plait) sont pleines de jeux de mots et de doubles sens érotiques. Idem pour les inventaires, que vous pouvez ouvrir sur un simple clic. Par exemple, pour vous échapper de l’incendie, vous pouvez utiliser une tenaille de sado-maso, un string, une menotte… Votre flèche d’ailleurs, n’est pas une flèche mais un préservatif, qui se déploie quand vous allez sur une zone… hmmm… active (oh!). Un jeu mythique et blindée de références et de conneries en tous genres. Si vous aimez le second degré, c’est forcément un must-have.

Tu la sens, ma grosse intelligence?

Point & click assez basique, LSL7 propose également des petites choses sympathiques comme la possibilité de taper directement l’action à effectuer dans une boite de dialogue, pour changer des sempiternelles voir, ouvrir, prendre… Ce qui peut amener à des situations étranges ou des commentaires croustillants de Larry. Le but du jeu étant de se taper la capitaine du bateau sur lequel vous faites une croisière, vous allez ainsi parcourir des tas de tableaux tous plus jolis les uns que les autres, d’un style très cartoon, toujours dans une ambiance érotico-délirante. Sur votre parcours, vous avez également quelques easter eggs ou des vibros à dénicher (32 au total, nommés «Où est vibro?», en anglais «Where’s Dildo», en référence à «Where’s Waldo», aka «Où est Charlie?»).

«Toutes des saaaaaaaloooopes», Guy Bedos, 1971

De la musique au décor, le jeu est foutrement bien conçu. Des musiques de Barry White aux voix des salop… coquines qui parsèment le bateau, c’est bien pensé, bien réalisé et la réalisation avait apporté un vent de fraicheur dans les point & click qui n’avaient pas encore opéré leurs mues à l’époque. Au-delà du jeu, Sierra a clairement voulu en faire une petite BD interactive, avec wallpapers de nanas dénudées en prime, à télécharger dès que vous avez réussi à séduire une fille, ce qui est le principal but du jeu, il faut bien l’avouer. Notez au passage que, bien que pervers, les producteurs ont censuré une bonne partie du jeu pour ne pas choquer les chastes yeux des têtes blondes. Censure qui pouvait évidemment sauter par une manip qu’on se refilait sous le manteau dans la cour de récré. Pour certains, les premiers émois c’était avec Emmanuel, pour d’autres, c’était avec les belles poupées de Larry… Mal écrit par Jivé, 05 Juil. 2012
En conclusion
9

/10

Que ceux qui n’ont pas tenté de pousser le palmier qui cache les tétons de la sublime blonde qui bronze sur le pont supérieur du bateau me jettent la première pierre. AÏE! Bon ok, si ce n’est pas encore fait, courrez acheter/télécharger Leisure Suit Larry 7, le meilleur jeu de la saga, le plus coquin, le mieux réalisé, le plus joli à regarder et, dans l’univers des point & click, l’un des plus drôles.
En perspective
Sur chaque test, l'auteur se pose une ultime question: «avec le recul, aujourd'hui, quel jeu m'a procuré autant de sensation que cet oldie?»Malheureusement, Leisure suit Larry est une série qui est morte avec ce septième opus. Le jeu d’aventure et de point & click a laissé passer trop de temps avant de poursuivre, le genre étant plus ou moins mort à la fin des années 2000. Après l’annulation d’un LSL8 nommé Lust in Space et jamais terminé, il aura fallu attendre 2004 pis 2009 pour deux nouveaux opus indignes de la série. Dans le même genre de nos jours, il faudrait ainsi se tourner vers du point & click marrant, même si ce n’est plus si fréquent. Les remakes et fausses suites de Sam & Max, par exemple, peuvent faire l’affaire…

En savoir plus

Vos réactions