GameTrip : jeux vidéo oldies, tests, dossiers, vidéos

Parodius: quand la parodie éclipse sa Nemesis

  0 avis
Jeu GB | Shoot-em Up | Edité par Konami | Sorti en Avril 1991
Voir la fiche
Les jeux de tirs, souvent, c'est du sérieux. Aux commandes d'un vaisseau, on traverse des environnements sombres (en même temps, c'est souvent dans l'espace), on explose des monstres moches, on renverse des empires tentaculaires et galactiques. Ou des Nazis. Mais des fois, et ce beaucoup plus rarement, et bien ça devient... Un jeu coloré, aux commandes d'un poulpe volant tirant sur des bateaux chats escortés par des cochons en armure. Bienvenue dans Parodius.

TLDR

FUN
Poulpant
JOUABILITÉ
Abeillant
TECHNIQUE
Pingouinnant
NOSTALGIE
Vic Viperant

Nemesis (base de Parodius).
Au début des années 1990, deux franchises se partagent le marché des jeux de shoot en scrolling horizontal façon SF: R-Type pour Irem et Gradius pour Konami (dont le portage Game Boy est appelé Nemesis). Le jeu qui nous intéresse aujourd’hui est une parodie de Gradius (dont le nom est on ne peut plus recherché, Parodius étant une contraction de Parodie et Gradius, ceci marchant aussi bien en français, anglais que japonais (??)), et lui est, du moins pour la version Game Boy, de très loin supérieur!

Décochage du colon... euh... décollage du cochon!

Le ton est déjà posé.
Le jeu vous met donc aux commandes d’un... truc qui vole dans l’espace, avec pour unique but de dézinguer du méchant. Ben oui, hein, déjà l’original n’avait que ça à proposer comme scénario, il n’y a pas de raison que la parodie propose plus! Vous avancez donc de niveau en niveau, tous plus ridicules les uns que les autres.

Le jeu vous met donc aux commandes d’un… truc qui voleEn effet, là où Nemesis propose des environnements oppressants et lourds (même sur Game Boy), Parodius, lui, propose des environnements tous plus loufoques les uns que les autres: île des pirates, cirque, parc d’attraction, flipper... vaisseau Moai géant – délire partagé entre R-Type et Gradius. Avec dans Gradius un ennemi récurrent dans les différents jeux et le Moai, la tête de l’Île de Pacques (faut pas chercher à comprendre, il y en a aussi dans Super Mario Land), et R-type propose au moins une fois par jeu de détruire un vaisseau géant à l’aide de vos petits lasers, bref on a donc la fusion des deux…

Et tout devient possible.
Chacun de ces niveaux est terminé par un boss, dont pas un ne rattrape les autres… Certains niveaux ont même un petit boss, au milieu. On se retrouve à se battre face à un bateau-chat, un volatile américain (nd Jivé: c'est pas un aigle, c'est un PyGARguE à tÊtE BLANCHE!!§! :fou:), une «belle» danseuse des îles, des bouches ou encore un poulpe géant.

Un roller coaster... euh... roster (colleu ?) original

Parodius (basé sur Nemesis).
Afin de surmonter toutes ces épreuves, vous disposez de quatre vaisseaux. Le premier, Vic Viper, est le vaisseau que l’on contrôle dans Nemesis, et il possède les mêmes capacités. Viennent ensuite Octopus, une pieuvre volante avec un casque sur la tête, Thin Bee, une abeille (à priori) qui ressemble à un vaisseau légèrement obèse (mais pas vraiment à une abeille… ou alors elle a perdu sa taille de guêpe! Ah!) et enfin Pentarou, le pingouin. Quelqu’un veut de la logique? Non? Tant mieux, on n’est pas là pour ça!

À cela s’ajoute un nombre de continus illimités qui permettront de passer toutes les épreuves, quel qu’elles soient. Et à la fin, il y a une fin. Sans queue ni tête, normal. Enfin je suppose.

Un vrai CON: Chef d'Oeuvre Narrant

Qui a dit que les chats n'aimaient pas l'eau?
(Oui, j'ai eu du mal à trouver une accroche digne de ce nom...) Vous pouvez le voir sur les screenshots, y a pas à tortiller: le jeu est magnifique. Les boss sont gros et détaillés, les animations passent très bien, les environnements variés et décalés. Une superbe performance! Niveau pouces, on a un gameplay calqué sur celui de Nemesis, on commence avec un vaisseau nul (un tir simple, lent, pas de protection), et à force d’éliminer des ennemis, on récupère des bonus qui permettent de choisir une amélioration (un bonus = vitesse augmentée, 2 bonus = missiles, 3 bonus = tir amélioré, etc…). Beaucoup d’améliorations sont possibles, et on se retrouve à la fin (du moins, tant qu’on survit) avec un vaisseau entouré de 2 satellites tirant lasers, missiles et bombes, le tout protégé par un bouclier. Grosbill.

Les mini-vaisseaux (le boss dérouille méchamment).
A voir qu’en plus, les améliorations sont différentes selon le vaisseau utilisé. Il est possible de trouver des bombes détruisant tous les ennemis à l’écran (sauf les boss). L'arrivée du bateau-chat accompagnée du thème des Dents de la MerUne chose a été rajoutée par rapport à Nemesis: les cloches. Les cloches apparaissent de la même manière que les bonus, en tuant des ennemis, et ont des effets différents selon leur couleur (que l’on peu changer en tirant dessus): la cloche grise rapportera des points (chouette!), la cloche noire aura l’effet d’une bombe que l’on déclenchera au prochain tir, la cloche rayée fait grossir le vaisseau, lui conférant une invulnérabilité temporaire, et la cloche blanche permet de récupérer trois tirs de barrage, il s’agit en fait de 3 mini-vaisseaux, lancés en tirant, et faisant une barrière destructrice. Très utile contre les boss!

Boosté à bloc!
Par contre, si tant est que ça soit vraiment un défaut pour un jeu sans sauvegarde ni mot de passe, le jeu est relativement court. Forcément, avec des continus infinis, plus rien n’est vraiment un obstacle, et les niveaux se traversent avec une relative aisance (bien que la plupart des boss demanderont un bon nombre de continus…ou alors seront vaincus sans se défendre (ils n'ont pas tout compris chez Konami!)). Pour le test, j’ai terminé le jeu (en facile) en à peine plus d’une heure. Cependant, on pourra y revenir, profiter de la beauté des graphismes et de l’ambiance complètement décalée.

Ennemie invincible. Il faut passer entre ses jambes en attendant qu'elle parte. Difficulté: garder le contrôle et éviter de lever les yeux lors du délicat passage...
Pour les esgourdes, autant être clair: ici, la musique n’est pas du tout originale. Dans «originale», il faut comprendre «nouvelle». En fait, tous les thèmes sont tirés soit d’autres jeux (principalement Gradius), soit de musique classique ou de film, le tout pour rester dans un cadre humoristique. Par exemple, l’arrivée du bateau-chat qui sort de l’eau est accompagnée du thème des Dents de la Mer. Et pour accompagner les niveaux, quelques vieux inconnus dont la musique est tombée dans le domaine public (pratique): Strauss, Beethoven, Tchaikovsky, et plein d’autres. Et pour le coup, le processeur sonore de la Game Boy s’en tire très bien. Quant aux bruitages, s'ils sont honnêtes, ils ne resteront pas dans les mémoires.

Et pour compléter tout ça, la touche de plus déjà évoquée un peu partout dans ce test: l'ambiance est fabuleuse. Complètement délirante et assumée pendant tout le soft, le tout bourré de références et d’humour. Une des meilleures ambiances de jeu GB! - Torché le 01/12/2019 à 16h22 par Flappy.
La péroraison
Probablement le meilleur jeu de shoot sur Game Boy, voire un des meilleurs jeux de Game Boy tout court! Des graphismes magnifiques servis par une ambiance délirante et assumée tout au long des différents niveaux, un gameplay efficace, varié et évolutif. Même la musique participe à l’ambiance barrée du titre. On regrettera peut-être une trop grande simplicité, due aux continus infinis, réduisant alors la durée de vie. Mais on pourra y revenir, pour le plaisir, simplement!
Futur en tailleur
Sur chaque test, l'auteur se met en tailleur pour se poser une ultime question: «avec le recul, aujourd'hui, quel jeu m'a procuré autant de sensation que cet oldie?» Parodius, toute parodie de Gradius qu'elle soit, est aussi une série (Parodius, donc), avec cinq jeux sortis entre 1988 et 1996 sur les différentes machines de l'époque. Par exemple, Super Parodius sur SNES, mais aussi des épisodes «sexy» sortis sur Playstation et Saturn en 1996. Si les jeux de tir ont régulièrement eu des pépites jusqu'à aujourd'hui (Star Wars Rogue Leader sur Game Cube ou Ikaruga sur Dreamcast, tous deux sortis en 2001, par exemple), les jeux de tir parodiques ou humoristiques sont beaucoup plus rares! Du coup, pas d'autre solution: go GB!
Le verdict
Jeu GB | Shoot-em Up | Edité par Konami | Sorti en Avril 1991
Voir la fiche
9
10