GameTrip : jeux vidéo oldies, tests, dossiers, vidéos...

Dossier / les consoles

Flashback on Atari 7800

Flashback on Atari 7800

Un large choix de jeu, une puissance inédite, un prix abordable, la 7800 d’Atari avait tout pour plaire à sa sortie. Et ce n’est pas pour rien qu’elle a bien marché. Retour sur une petite merveille, la dernière avant le déclin.

Mal écrit par Robin Masters, 20 Sept. 2008
Atari n’avait plus grand-chose à prouver sur le marché des consoles de salon depuis son Atari 2600 sortie en 1977. Véritable révolution, la 2600 offrait un choix de jeu énorme, et c’est aujourd’hui un des plus gros succès du jeu vidéo. 25 millions de consoles vendues, des centaines de jeux et surtout une durée de vie de 14 ans! Si la 5200 a assuré un intérim correct mais peu flamboyant car elle ne ciblait pas le même public et visait surtout à concurrencer les consoles de Mattel et Coleco, la 7800 se devait de reprendre le flambeau de la meilleure des manières qui soit. Pour cela, dès 1984, Atari entre dans une période de test et commercialise finalement la version finale en 1986 aux Etats-Unis, pour la somme de 140$, soit environ 900 Francs, une console pas si chère, donc. C’était pourtant loin d’être gagné puisque les patrons souhaitaient se concentrer sur l’Atari ST mais lorsqu’ils ont vu le succès de la NES, ils se sont dit que finalement, cela pourrait bien marcher.

Pimp my ride?

Graphiquement, c’est un classique du genre. 256 couleurs, une résolution de 160x224 ou 320x192 avec des sprites de 4 à 12 couleurs. Autrement dit, ça tient la route, c’est pile dans ce que fait la concurrence, c’est du 8-bits et c’est tout. Du son qualité mono, des cartouches pour jouer, STELLA pour l’audio et MARIA pour les graphismes, les développeurs aimaient donner le nom de leurs conquêtes mexicaines pour leurs moteurs ou processeurs, il faut croire. Deux ports de manettes, une manette avec un stick et deux boutons, Atari prend peu de risques et c’est pour une raison particulière.

Un clin d’œil à Elder Scrolls dans ce paragraphe

L’Atari 7800 était la première console à offrir à ses joueurs une rétro compatibilité avec une ancienne console. En effet, il était possible de jouer avec des jeux sortis sur Atari 2600 sur la 7800, de quoi faire durer le plaisir, garder ses jeux mythiques et faire plaisir à son public. C’est du jamais vu pour l’époque, et ceux qui avaient loupé le train de la 2600 sortie dix ans avant (comme moi, j’étais même pas né!) pouvait acheter des jeux d’occaz pour trois fois rien et y jouer sur la 7800. Et y en avait des perles sur 2600. La 7800 ne serait qu’une mise à jour, donc? On pourrait le croire, après les propos de Leonard Tramiel: «La 7800 est principalement une 2600 avec des nouveautés hardware qui étaient dans le software de la 2600». C’est un peu tordu et compliqué à comprendre mais il ne faut pas rabaisser la 7800 à cela. Son processeur est bien plus puissant et rapide que son aînée, elle a davantage de RAM et les qualités graphiques et sonores d’un jeu 2600 sont améliorées sur la 7800. Il s’agit donc d’une vraie console à part entière.

Un ÉNORME choix de jeux!

Il n’y a pas que des jeux 2600 sur la 7800. D’ailleurs, à sa sortie en 1987 en Europe, la liste de jeux au lancement n’est pas la plus petite qui soit. Elle comporte quelques perles comme Super Skateboardin’, Galaga, Donkey Kong, Asteroids (inclus dans la mémoire morte de la console!), Pole Position II, Ninja Golf, ou encore l’immense Rampage. Il faut toutefois noter que la grande majorité des développeurs préféra créer des jeux sur NES ou Master System, ces consoles étant plus accessibles et surtout, elles se vendaient mieux. La 7800 n’avait pas besoin de ça mais bénéficiait de son parc 2600, ce qui lui permit de tenir un certain temps. Comme toute console, certains jeux ne virent jamais le jour, mais alors que la plupart sont abandonnés en plein développement ou au stade de projet, certains ont été bouclés. Mais le patron Tramiel les censurait et refusait de les faire sortir sur la 7800. Evidemment, ils se sont retrouvés dans des ludothèques de collectionneurs et de revendeurs. Si vous voulez acquérir des inédits (à comprendre, quelques rares unités au monde!) comme Klax, il faudra sortir le chéquier et ne pas avoir peur d’avoir deux zéros derrière le premier chiffre. Après, on est collectionneur où on ne l’est pas.

L’Atari 7800 a eu une belle et courte vie. Sortie en 1987 et retirée du marché en 1992 officiellement, elle a marqué beaucoup de joueurs grâce à son prix bas et à sa compatibilité avec les jeux de l’Atari 2600. Matez donc les images si ce n’est déjà fait pour lui rendre un dernier hommage. L'A7800 est officiellement le dernier succès d'Atari après les échecs de la Jaguar et la Lynx qui arrivèrent ensuite. Mal écrit par Robin Masters, 20 Sept. 2008

En savoir plus

Vos réactions