GameTrip : jeux vidéo oldies, tests, dossiers, vidéos

GTA III: New York, section criminels

  0 avis
Jeu PS2 | Action | Edité par Take-Two Interactive | Sorti en Octobre 2001
Voir la fiche
Ce test est fou. Vraiment. Vous ne vous en rendez pas compte, mais ce test, désormais publié sur un site qui parle de jeux vidéo oldies, a été écrit... l'année de la sortie du jeu. Et quel jeu mes amis: le renouveau de GTA grâce à Dan Houser, le début de la saga 3D de l'emblème d'une génération.

TLDR

FUN
Jouissif
JOUABILITÉ
Inégal
TECHNIQUE
Film noir
NOSTALGIE
Un vrai mythe

Mieux que l'ANPE: le «type louche avec un costume noir et un Uzi dans une ruelle sombre des bas-fonds new-yorkais».
Comme je le disais en préambule, ce test date de mi-2002, année de la sortie dudit jeu, GTA III (dans sa version PC). Alors que GameTrip vient d'ouvrir sa base de données aux jeux de 2000, 2001 et 2002 (un dossier très intelligent à relire ici), nous étrennons donc une nouvelle ère de notre site par un jeu de cette nouvelle période, que nous considérons donc aujourd'hui comme du retrogaming. Et c'est avec une certaine émotion que je me dis que cet article a été écrit au début de ma carrière. Ce début de carrière qui est donc aujourd'hui considéré comme du vieux machin poussiéreux. Car oui, si nous prônons la nostalgie dans tous nos tests, là il va falloir que j'adapte quelques passages qui ont été écrit avec le regard illuminé de jeune con de l'époque, et non pas le regard actuel du vieux con que je suis devenu. Pour ceux qui ont lu le test original à l'époque (sur un site hébergé par chez.com et qui s’appelait Megacodes), il y aura donc quelques passages potentiellement différents. Car ce test a presque 20 ans. Putain 20 ans.

La cité des libertés

Le jeu original est sorti un peu en retard à cause des attentats du 11-Septembre.
Ceux qui ont aimé GTA mais qui souhaitent voir 10 fois mieux, les amateurs de films noirs, et les psychopathes, seront ici ravis d'apprendre le retour de... ben du mec qui fait des ravages dans la ville (comme Ziggy le blouson noir). Car oui, on ne connaît pas son nom. Mais cette fois vous n'êtes plus dans trois villes différentes mais sur trois îles de Liberty City, la ville la plus décadente des États-Unis. Vous devrez décrocher des missions sur Portland, Staunton Island et Shoreside Vale, trois quartiers résidentiels et industriels. Vous devrez jouer... les coursiersFaufilez-vous entre les guerres de gangs pour faire régner la terreur et appliquer votre loi (ou l'inverse). Tout commence sur un pont détruit et en feu, un flashback commence. Après vous avoir fait rouler par votre petite amie lors d'un braquage de banque, un fourgon de la LCPD (Liberty City Police Department) vous emmène dans la prison de Portland, c'est alors que vous devenez complice d'une évasion avec un nouveau pote: 8-Balls. Le pont étant détruit lors de l'explosion de la fourgonnette (COMME PAR HASARD), vous devrez jouer sur la première île les coursiers et les bandits pour Luigi, Tony ou Salvatore et de multiples figures de la mafia japonaise ou sicilienne, puis attendre patiemment de débloquer les autres petits boulots (enfin, façon de parler) sur les deux autres îles, où guerres des clans vous attendent.

Et mec, elle est où ma caisse?

Le héros, dont on a très souvent ignoré le nom.
Ce 3e opus de la série GTA est un bond technique et scénaristique. Les graphismes et décors sont magnifiques pour l'époque, les villes sont immenses et bien conçues, vous pouvez naviguer en voiture ou à pied grâce à plusieurs vues. La 3D permet évidemment enfin la vue à la 3e personne mais aussi la bonne vieille vue subjective, des vues sur les côtés et une caméra dynamique en voiture. Vous l'avez compris, dans ce volet, le principe reste le même mais les persos et voitures sont en 3D dans de beaux univers qui ont enfin de l'épaisseur. Le côté arcade a été baissé également. Les voitures sont plus variées désormais et le passage troidé permet d'ajouter des modèles différents avec une prise en main qui demande plus d'effort notamment sur les bolides. De quoi repousser d'ailleurs au début, car la difficulté en prend un coup. Les voitures qui ont aussi un trigger scénaristique: si vous empruntez une voiture de mafia ou des Diablos dans leurs quartiers ou sous leurs nez, mettez vos ceintures et foncez, c'est le seul moyen de ne pas rouler avec une voiture presque détruite. D'ailleurs, piquer des voitures spéciales, comme les taxis, ambulances ou polices permettent de débloquer des missions annexes en lien avec le métier.

Tony monte Anna

Les célèbres vues cinématiques en bagnole, un concept qui s'est depuis largement démocratisé dans tous les jeux.
Les citoyens, de ce côté, sont très intelligents et n'ont pas peur de se défendre quand on les cherchent. Contrairement... aux policiers, qui ont la fâcheuse tendance à aller se cacher vite dans un coin lorsqu'un coup de feu retentit à 10 mètres. Le niveau de difficulté s'élève progressivement au fur et à mesure des missions sauf si vous ameutez les flics qui n'hésiteront pas à appeler leurs amis les hélicos, le SWAT et globalement tout ce qui ressemble à une armée américaine. Qui n'a pas un souvenir marquant du char de l'armée qui intervient dans les rues car votre niveau de recherche est au max? Qui n'a pas un souvenir marquant du char de l'armée?On trouve aussi une ville pleine de vie. Des prostitués qui vous accostent quand vous roulez doucement dans un quartier chaud, les ambulances qui viennent à toute berzingue quand un mec se fait buter, un cycle jour/nuit et de la météo...

Et puis coté son, c'est aussi le retour d'un mythe de la série: les stations de radio. Vous disposez de 9 radios disponibles dans vos voitures, ainsi que sur PC une station mp3 avec toutes vos musiques préférées, et l'ambiance de la ville est très réaliste. On note la présence de la BO de Scarface, dont la série et les personnages ont été en partie inspirés. Chaque personnage se reconnaît grâce à son accent et le doublage est très réaliste, grace entre autres à des acteurs connus dont Michael «Mr Blonde» Madsen. Enfin, les effets d'ombres, de brouillard, de pluie, de reflets et les collisions sont rendus à merveille notamment sur PC. on notera quelques bugs infimes d'affichage, aliasing et bump-mapping abusifs, qui ne gâchent en rien le jeu. «Tout peut arriver dans ce lieu de perdition». - Torché le 12/03/2020 à 21h45 par Jivé.
La péroraison
En dehors de l'aspect film noir scénarisé et les graphismes somptueux, on peut noter que ce titre reste encore et surtout politiquement incorrect. Il est truffé de détails, mais aussi de références liées à la pop culture et aux films de gangsters. Le casting vocal peut se targuer d'avoir Joe Pantoliano ou Michael Madsen. Il a fait fureur à l'époque, il a fait pleurer des associations qui défendent nos chères têtes blondes, et il était interdit aux moins de 18 ans partout sauf chez nous (16 ans), mais tous les jeunes de 14 ans l'avaient déjà. Tellement proche des références du polar noir qu'un pack GTA III + Pulp Fiction était vendu pour 60 boules.
Futur en tailleur
Sur chaque test, l'auteur se met en tailleur pour se poser une ultime question: «avec le recul, aujourd'hui, quel jeu m'a procuré autant de sensation que cet oldie?» Sachez qu'aujourd'hui, j'ai trois versions de ce jeu. L'original sur PC, l'original sur PS2 et un exemplaire encore sous blister d'un coffret PC avec la trilogie nommée affectueusement par les fans «trilogie 3D». Et c'est même pas mon préféré! Car oui, si un jeu similaire m'a procuré autant voire plus de sensations que cet opus, ce sont bien ses suites. À chaque fois encore plus. GTA Vice City m'a claqué, San Andreas était une tuerie, GTA IV m'a fumé, GTA V m'a anéanti. Si vous voulez changer un peu d'univers, The Getaway était une pépite méconnu à son époque, surfant sur la vague. Aujourd'hui on peut facilement parler de la série Red Dead Revolver puis Redemption, Mafia et ses suites, Sleeping Dogs, Saints Row voire Watch Dogs comme des faux successeurs (car la licence n'est pas morte). C'est bien simple, GTA a créé un genre nommé GTA-Like alors forcément... Si vous aimez le film noir, mais plutôt orienté enquête que course de bagnole (même s'il y en a), je ne peux que vous conseiller L.A. Noire.
Le verdict
Jeu PS2 | Action | Edité par Take-Two Interactive | Sorti en Octobre 2001
Voir la fiche
9
10