GameTrip : jeux vidéo oldies, tests, dossiers, vidéos

Woodruff et le Schnibble d'Azimuth: le Alf-life de Coktel Vision

  0 avis
Jeu PC | Point and Click | Edité par Sierra Entertainment | Sorti en Août 1994
Voir la fiche
Comment un jour, un petit génie de chez Sierra (réalisé par les gars de Coktel pour l’occasion, et ça se voit dans le style) a-t-il pu trouver un nom aussi débile et énigmatique? N’empêche, j’ai l’impression d’être le seul à avoir jubilé comme un fou devant cette petite merveille sortie en 1994.

TLDR

FUN
Débile
JOUABILITÉ
Efficace
TECHNIQUE
Made by Pat Dumas
NOSTALGIE
L'âge d'or
Un jeu d’aventure, tendance point’n’click, c’est déjà fun. Mais rajoutez de l’humour encore plus pourri que dans les meilleurs épisodes de LucasArts, et vous obtiendrez le scénario et le concept de ce Woodruff et le Schnibble d’Azimuth, un nom qui en dit long sur le contenu. Cette fresque de Sierra reste vraiment, malgré le poids des années, un délire qui n’a pas vieilli.

Moi, mon ours, et le Schnibble

Un magicien se cache dans le bar.
Disons que l’histoire est toute aussi idiote que le reste du jeu. Vous êtes Woodruff, une sorte d’alien avec une tête bizarre, proche du graphisme de la série des Gobliins ou de Adi, chez Coktel. Votre père, le professeur Azimuth, a été kidnappé dans une séquence d’intro très drôle, et vous avez été envoyé un poil dans le futur. Malheureusement, et vous le découvrirez en écoutant les dialogues crétins et l’allure de gamin de notre héros tout rose, votre corps d’adulte héberge votre cerveau d’enfant de 5 ans. Sous-développé et amnésique depuis ce voyage dans le temps, Woodruff ne se souviendra que de l’ours en peluche assassiné par les ravisseurs de son père, ainsi que du mot: Schnibble. N’ouvrez pas de dictionnaire, ce mot inventé est vraiment... bah inventé. Bref, vous êtes désormais dans une terrible société, orphelin, à la recherche de votre père et du sens de la vie... enfin du mot Schnibble surtout. Et à vrai dire, moi aussi, je cherche toujours le sens.

Les Bouzouks sont parmi nous

Le conseil des sages Bouzouks.
Encore un mot crétin. Peut-être une référence au capitaine Haddock? Je ne sais pas. Mais en tout cas, ce petit nom rigolo est le nom donné à l’espèce résidant sur la planète où évoluera le jeune Woodruff. Dans une série de décors superbement réalisés par l’artiste Patrick A. Dumas, où se mêleront aventure épique et réflexions intenses, vous allez jouer à la manière d’un point’n’click banal, un poil plus complexe que les autres. En effet, le défaut principal du jeu réside dans la complexité des énigmes, basées sur l’humour décalé et tordu de l’auteur. La nécessité d’avoir la solution du jeu sous les yeux réduit un peu le fun et la durée de vie, qui reste tout de même très longue, comme tout bon jeu d’aventure. Pour le reste, ne vous en faites pas: c’est beau, même très beau, dans un univers post apocalyptique où la seule race à avoir survécue aux guerres atomiques sont les Bouzouks. De quoi vous mettre l’eau à la bouche non? - Torché le 02/06/2006 à 9h56 par Jivé.
La péroraison
Un jeu à découvrir (si vous êtes comme notre collègue Robinsoldier) ou redécouvrir: un décor post-apoc fantaisiste et réalisé par un artiste de talent. Un humour déjanté mais un poil trop présent, et un gameplay aventure-point’n’click qui ravira les fans. Du bon, à consommer sur place.
Futur en tailleur
Sur chaque test, l'auteur se met en tailleur pour se poser une ultime question: «avec le recul, aujourd'hui, quel jeu m'a procuré autant de sensation que cet oldie?» Je ne vois vraiment pas ce qui peut égaler la débilité profonde de ce soft. En matière de point & click, allez voir la gamme Sierra (King Quest, Gobliins) ou LucasArts (Indiana Jones, Monkey Island), mais pour l’humour déjanté et carrément handicapante, je ne vois aucun jeu actuel. Faites moi signe...
Le verdict
Jeu PC | Point and Click | Edité par Sierra Entertainment | Sorti en Août 1994
Voir la fiche
8
10