GameTrip : jeux vidéo oldies, tests, dossiers, vidéos

Get a Trip with Activision

  0 avis
Santa Monica, Californie, Novembre 2006. Au siège social d’Activision, on se félicite des derniers chiffres. La firme est un des leaders incontestés du marché des jeux vidéo, en compagnie de Electronic Arts. Mais connaissez-vous l’origine de ce studio, créé par des anciens d’Atari? Non? Flashback.
Activision, en 1979, arrive sur le marché pour promouvoir les jeux et leurs développeurs. Le studio est créé par de grosses pointures d’Atari, mécontents du secteur de l’époque. En quelques années, Activision a su s’imposer et devint le premier éditeur tiers pour une machine propriétaire.

La génèse d’Activision

Pitfall dans des aventures chez le peuple Maya.
Le 1er octobre 1979, Activision débarque et apporte une nouveauté de taille. À l’époque, tous les jeux étaient développés par le constructeur de la machine de support. Atari développait ainsi ses propres jeux pour l’Atari 2600. Chez Atari justement, certains développeurs indépendants ne faisant pas partie de la structure mère, n’apparaissaient pas dans les crédits, lorsque la société éditait ces jeux. Dans ce secteur en pleine mutation, des développeurs se sont regroupés et ont quittés la société de Sunnyvale pour former leur propre groupe: Activision. Cette nouvelle société du jeu vidéo devint alors le premier éditeur tiers pour une console de jeu, et notamment pour... l'Atari 2600, en 1979. À l’origine de cette société de développement: Jim Levy, soutenus par les anciens d'Atari, Larry Kaplan, Alan Miller, Bob Whitehead et David Crane (aucun rapport avec le créateur de la série Friends). Ces 4 personnes étaient d’ailleurs à l’origine de la moitié du catalogue Atari de l’époque. Autant vous dire que la firme fut très déçue de cette décision et entama même une action judiciaire en 1982.

1982: Le grand départ

Wolfenstein 3D, premier opus 3D de la série consacré au IIIe Reich.
Avec l’acquisition de petits éditeurs, le studio de développement Activision arrive à sortir de nouveaux jeux, que ce soit pour consoles ou pour ordinateurs personnels. Sur Atari 2600, en 1982, arrive le premier succès de la firme: Pitfall. Considéré pour beaucoup comme le tout premier jeu de plates-formes mais également comme le jeu le plus vendu sur 2600. Le succès arriva alors pour Activision, et pour le genre plates-formes justement, qui fut introduit dans le milieu des jeux vidéo dans les années 1980.

1985: passage à vide

David Crane, un des développeurs à l'origine d'Activision. Aucun rapport avec le mec de Friends.
En 1985, Activision faisait les yeux doux à la société Infocom, développeur de jeux d’aventure textuel, et auteur de la saga Zork. Jim Levy avait envie d’ajouter un nouveau style à son catalogue. Il fusionna avec la société et Bruce Davis devint le nouveau PDG d'Activision. Sa nouvelle politique fit perdre beaucoup d’argent et baissa le nombre de jeux en production. Après Ghostbuster (NES 1987), Rampage (NES 1988), et quelques problèmes, la filiale Infocom ferma en 1989 et à peine un quart des développeurs du studio se retrouvèrent dans les nouveaux studios d'Activision à la Silicon Valley. L’année précédente, en 1988, Activision changea son nom pour Mediagenic, car le studio s’étendait encore et se retrouvait dans le secteur des applications. De plus, la marque éditait (sous le nouveau nom) et développait (encore sous le nom Activision) énormément sur 2600, NES, Master System, Amiga ou Commodore 64. Mais encore une fois, ce changement de nom était une erreur. Beaucoup de gens croyaient au rachat d'Activision et la société partait en faillite.

1992: le renouveau

En 1992, la société se renomma enfin en Activision, et garda ce nom. Ils placèrent le QG à Santa Monica et développèrent de plus belle sur PC et consoles, pour se remettre de la faillite qu’ils venaient d’éviter. Ils éditèrent également des compilations de jeux Atari et Infocom qu’ils avaient développés: Zork, Asteroids, The Lost Treasures of Infocom. En 1992, Die Hard sortit sur NES (test disponible sur GameTrip), puis d’autres petits succès comme Aliens VS Predator (1993, SNES) ou encore la suite de Pitfall en 1994 sur Mega Drive et PC. A partir de 1996, la firme développa, distribua et édita de nombreux jeux et se placèrent rapidement en tête des studios du jeu vidéo. Activision est à l’origine de la saga à succès Tony Hawk’s Skateboarding, Soldier of Fortune et détient les licences de X-Men, Spider-Man ou encore Star Trek. De quoi avoir encore beaucoup de jeux en prévision. - Mal écrit le 12/11/2006 à 1h00 par Jivé.